Le vin commenté

 

Saint-Chinian
Hecht & Bannier

2003, 23,55 $

Il n’y a rien que j’aime plus que me faire surprendre par un produit et c’est exactement ce qui est arrivé lorsqu’un de mes copains sommelier m’a fait goûter à ce vin. Issu d’un assemblage de Syrah (majoritaire), Grenache et Mourvèdre provenant du sud de l’appellation sur des sols argilo-calcaires et de grès, ce Saint-Chinian est tout à fait exceptionnel. Le vin a séjourné pendant une période de vingt mois en demi-muid (barrique traditionnelle languedocienne d’une contenance de 600 litres) dont 30 % de l’assemblage en fût de chêne neuf. À l’œil, la robe est pourpre avec des reflets légèrement brunâtres et d’une belle profondeur. Le nez est aromatique et expressif. Si le premier nez dévoile des odeurs de fruits confits comme la fraise et la framboise, au deuxième nez s’ajoutent des notes de sous-bois, de garrigue et de chêne neuf. La bouche est gourmande à souhait, ronde, pulpeuse, suave et riche. Les tannins sont bien présents. Les arômes détectés au nez s’affirment en bouche avec volupté. La finale de ce vin offrant un bel équilibre est moyennement longue. J’aimerais revoir ce vin dans quelques années pour voir comment il aura évolué avec le temps et c’est pourquoi je conseillerais de le conserver en cave et de ne le boire que dans trois ou quatre ans. Sinon, je vous conseille de le passer en carafe, il ne s’en portera que mieux. À boire avec un duo de canard aux champignons sauvages, une côte de bœuf rôtie, une côte de cerf rouge ou un carré d’agneau aux herbes de Provence.

Code de la SAQ : 10507323

90/100
17 °C

 

Pour accéder aux publications précédentes, cliquez ici.

Pour voir mes plus récents livres en librairie, cliquez ici.


Jean-Louis Doucet
Votre cyber-sommelier



© Tous droits réservés / All rights reserved        lecyber-sommelier.com