Le contenu informatif

Les grandes régions viticoles de France : le Sud-Ouest

Ce qui frappe en premier lorsqu’on jette un coup d’œil sur la région du Sud-Ouest c’est d’abord et avant tout la grande étendue du vignoble. Grande étendue veut dire grande diversité de sols, de climats et par le fait même une vaste gamme de produits et des vins de styles variés. La région s’étend de la limite du département de la Gironde, au nord, jusqu’à la frontière espagnole, au sud. Située au sud-est de la région bordelaise, elle s'étale à l’est jusqu’au Massif central. La région est traversée par une multitude de rivières dont le Lot en Cahors, la Dordogne dans le Bergerac, le Tarn et le Fronton en Gaillac, etc.

Si plusieurs vins du Sud-Ouest ont une personnalité bien distincte, une grande proportion d’entre eux ont pris pour modèle ceux du bordelais, le vignoble voisin. Particulièrement les vins du Bergeracois, vignoble voisin de Saint-Émilion, ainsi que ceux de la Dordogne. Sans dénigrer aucune des appellations du Sud-Ouest, c’est surtout par des appellations comme Cahors, Madiran, Pacherenc du Vic Bilh, Jurançon, ou encore Gaillac que le vignoble se distingue en personnalité. On y retrouve des vins rouges riches, bouquetés, solides, pleins de corps (surtout à Cahors et Madiran), des blancs doux à liquoreux d’une grande complexité (Jurançon, Monbazillac), des blancs légers (Gaillac blanc), etc. et ce, à des prix fort abordables.

L’encépagement est varié. On y retrouve des cépages de type bordelais bien sûr, mais aussi des cépages régionaux traditionnels et uniques à la région. On n’a qu’à penser au Petit et Gros Manseng, au Fer Servadou, Rafia de Moncade et à l’Arufiac, pour n’en nommer que quelques-uns.

Les vins du Sud-Ouest ont longtemps été négligés par les consommateurs. Il faut dire qu’à travers les siècles, le géant qui est Bordeaux n’a jamais fait de quartier à son voisin. Mais ces dernières années, plusieurs producteurs consciencieux et particulièrement inventifs ont redonné vie au vignoble. Il ne faut pas négliger non plus l’apport de plusieurs caves coopératives qui ne manquent pas de vitalité.

À noter que dans le Sud-Ouest, il n’y a pas d’appellation régionale comme telle. Les différentes appellations sont regroupées par zone géographique, mais ces dernières ne constituent pas en tant que telles ce qu’on appelle, comme c’est le cas dans le bordelais, des sous-régions viticoles. Cet état de chose, combiné à la difficulté engendrée par la multiplicité des cépages autochtones, rend difficile la compréhension de la région. D’autant plus que certains territoires ne comptent parfois qu’une seule appellation en AOC. J’ai donc regroupé les appellations de la manière qui me semblait le plus facile à comprendre.

Haut de page

Spécialités régionales :

  • Anchois

  • Thon rouge --- peut atteindre 250 kg

  • Chipinon --- sorte de calmar

  • Piment d’Espelette --- piments doux et forts

  • Gâteau Basque --- gâteau rond (style gâteau sec) fourré de crème pâtissière aromatisé au rhum ou de zeste de citron (à l’origine : confiture de cerise d’Ixtasiou)

  • Ossau-iraty --- fromage de chèvre (avec confiture de cerises)

  • Eaux-de-vie --- Famille Brana (prune, poire, framboise et marc)

  • Cidre --- Sargarnor en Basque

  • Poule au pot --- poule farcie cuite dans un bouillon avec des légumes. Introduit par Henri IV, roi de France et de Navarre, qui voulait que chacun de ses sujets ait une poule bien grasse dans son assiette les dimanches.

  • Foie gras --- oie vendue selon des critères de classifications : extra, 1ère classe, gros foie, 2e classe, 3e classe.

  • Oie de Toulouse, canard

  • Pruneau d’Agen --- prune d’erte séchée. Autrefois au soleil, maintenant en étuve. 2e producteur après la Californie.

  • Armagnac --- Le pendant du Cognac.

  • Floc de Gascogne --- Le pendant du Pineau des Charentes.

  • Tabac de Gascogne

  • Chasselas de Moissac --- raisin de table dans le Tarn et Garonne.

  • Cassoulet de Castelnaudary

  • Millas --- Polenta (farine de maïs cuite) servant de plat, ou qui remplaçait le pain.

  • Ail rose de Lautrec --- ail séché et tressé, label rouge gage de qualité. Proche d’Albi et Gaillac.

  • Champignons sauvages --- cèpes, girolles, morilles, truffes, chanterelles, trompettes de la mort. Dans le Lot et l’Aveyron.

Haut de page

Les vins de la Dordogne (le Bergeracois) :

Riche d’une tradition viticole vieille de plus de 2 000 ans, ce coin de pays a toujours produit des vins dans l’ombre de son voisin Bordeaux. Elle ressemble à plusieurs points de vue à cette dernière étant la région du Sud-Ouest la plus proche du bordelais. En fait, elle longe les Côtes du Castillon.

Sol : la rive droite est principalement constituée de terrasses mariant des sols de graves, de sable et de dépôts alluvionnaires. La rive gauche est marquée par un relief plus accusé avec des successions de coteaux où des sols calcaires et argilo-calcaires prédominent.

Encépagement : Semblable à celui du Bordelais : Rouges : Cabernet sauvignon, Merlot, Cabernet franc et Malbec. Blancs : Sauvignon, Sémillon, Muscadelle, Ondenc, Ugni blanc et Chenin blanc.

  • Bergerac : Date du décret : 11 septembre 1936. (essentiellement rouges, un peu de rosés) et Bergerac sec (blancs secs). Vins rouges aux arômes de fruits rouges, légers, souples et peu tanniques. Rosés secs, légers et fruités. Blancs secs, légers et assez vifs, délicatement fruités.

  • Côtes de Bergerac : Date du décret : 11 septembre 1936. Même zone de production que Bergerac. Rouges issus des meilleures parcelles. Contrôle très sévère des rendements, de la vinification et de l’élevage (le plus souvent en barrique). Plus corsés et longs à faire que les Bergerac. Les blancs sont demi-secs, moelleux ou doux selon les années et assez corsés.

  • Saussignac : Date du décret : 22 avril 1982. Blancs doux uniquement. Même zone de production que Bergerac (depuis 1982 -- anciennement vendus sous l’appellation Bergerac - Côtes de Saussignac) Ressemblent aux Côtes de Bergerac blancs.

  • Montravel : Date du décret : 31 juillet 1937. Rouges (depuis 2001) souples et légèrement tanniques. Blancs secs, vifs et légers.

  • Côtes de Montravel et Haut-Montravel : Date du décret : 31 juillet 1937. Blancs moelleux. Issus de raisins surmûris, moelleux, fins et suaves. Le Haut-Montravel provient d’une zone plus spécifique et est souvent liquoreux.

  • Monbazillac : Date du décret : 15 mai 1936. Blancs moelleux issus de la pourriture noble, bouquetés (miel, fleur d’acacia) moelleux et assez corsés. Comparables aux vins de Sainte-Croix-Du-Mont.

  • Pécharmant : Date du décret : 12 mars 1946. Rouge, superbe d’une grande intensité aromatique, charnu et assez puissant. On le considère comme un des meilleurs vins rouges de la région.

  • Rosette : Cette appellation minuscule a presque cessé d’exister, mais certains producteurs continuent de produire des vins sous cette appellation. Blancs moelleux, souples et ronds.

Haut de page

Les vins du Lot-et-Garonne (le Gaillacois et l'Agenais) :

Cette région est située à l’est du Bordelais, séparée de l’Entre-Deux-Mers géographique par les limites départementales et au sud du Bergeracois. Elle est traversée, comme son nom l’indique, par deux rivières : Le Lot et la Garonne.

Ici, comme dans les vins de la Dordogne, on sent l’influence de Bordeaux dans l’encépagement, surtout en ce qui concerne les blancs. Par contre, d’autres cépages plus typiques font leur apparition en rouge. Aux Cabernet et Merlot viennent s’ajouter le Fer Servadou, l’Aroubiou, le Côt (Malbec) et aussi du Gamay et de la Syrah.

Les AOC :

  • Buzet : Date du décret : 19 avril 1973. Auparavant vendus sous le nom de Côtes de Buzet, Buzet depuis 1986. Rouges (98 %) rosés et blancs secs. Les rouges doivent vieillir au minimum un an en fût de chêne. Légèrement tanniques et charpentés. Les blancs et rosés sont secs, assez vifs et légers.

  • Côtes du Marmandais : Date du décret : 2 avril 1990. Ancienne AOVDQS, AOC depuis 1990. Encépagement en rouges : Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Merlot (75 % maximum pour les trois), Abouriou, Côt, Fer Servadou, Gamay, Syrah. Encépagement en blancs : Sauvignon (70 %), Muscadelle, Sémillon, Ugni blanc. Deux types de vins rouges : légers, fruités et moyennement tanniques ou tanniques et plus charpentés. Les blancs sont secs, vifs et légers.

  • Côtes de Duras et Côtes de Duras secs : Date du décret : 16 février 1937. 60 % rouges, 37 % blancs secs et 3 % blancs moelleux. Encépagement bordelais avec en plus du Mauzac, Chenin blanc et Ugni blanc pour les blancs et Malbec pour les rouges. Les blancs secs sont légers et fruités, les blancs moelleux sont souples et fins. Deux types de rouges : légers, fruités et peu tanniques (macération carbonique) ou corsés et tanniques (vinification classique). Fait notable : les vins de cette appellation située au sud de Ste-Foy de Bordeaux étaient vendus autrefois (13e siècle) sous l’appellation « vin de Bordeaux ».

  • Gaillac et Gaillac mousseux : L’appellation Gaillac fut reconnue en 1938 pour les blancs uniquement et en 1970 pour les rouges et rosés. Cépages : Blancs : Mauzac et le Len de l’El (loin de l’œil), cépage ancien aux arômes fins, floraux et apporte souplesse. Rouges : Le Duras (cépage très ancien réhabilité depuis vingt ans), le Braucol (Fer Servadou). On y produit des vins rouges, rosés, blancs secs, blancs doux, mousseux traditionnels et ruraux. On y fait également un vin de voile, vin de type Xérès. Deux types de sols : Sur les coteaux (rive droite) les terrains sont variés, molasses tertiaires sur les premières côtes jusqu’aux sols granitiques et calcaires sur le plateau cordais. Sur la rive gauche, le sol est graveleux et convient mieux aux vins rouges.

  • Gaillac-Premières Côtes : Date du décret : 21 mars 1938 révisé le 23 octobre 1970. Les vins vendus sous cette appellation proviennent d’une douzaine de communes et ne concernent que les blancs. Le rendement à l’hectare est inférieur à celui de Gaillac et la production est très limitée. Cépages : Mauzac, Len de l’El, Muscadelle, Sauvignon, Ondenc, Sémillon. On y produit des vins doux et moelleux et également des vins secs apparentés au vin jaune du Jura, c’est-à-dire élevé en fût sous un voile de levure (Mycoderma vini) pendant six ans, qu’on appelle ‘‘vin de voile’’.

En AOVDQS :

  • Côtes-du-Brulhois : Rouges et rosés. Cépages : Tannat, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Merlot associés aux Malbec et Fer Servadou)

Haut de page

Les Pyrénées (le Béarn, le Pays basque) :

C’est la partie de la région du Sud-Ouest qui est située le plus près de la frontière espagnole.

Les AOC :

  • Béarn : VDQS depuis 1951, date du décret de l’AOC : 17 octobre 1975. Les vins produits autour d’Orthez et de Salies-de-Béarn peuvent faire suivre leur appellation de la mention Bellocq (Béarn-Bellocq) depuis le 3 avril 1990. Situé aux ports de Pau, le vignoble de Béarn s’étale en terrasse à 300 m d’altitude sur des terrains silico-argileux, riches en galets qu’on appelle des poudingues. Cépages : Pour les rouges et rosés : le Tannat (apporte corps et charpente). Cabernet Sauvignon et Franc (Bouchy) qui leur donnent souplesse et bouquet. Pour les blancs (terroir de Bellocq seulement) le Raffiat de Moncade s’allie aux Petit et Gros Manseng.

  • Jurançon : AOC depuis 1975. Cépages principaux : Gros Manseng (70 %) cépage de base du Jurançon sec et Jurançon moelleux jeunes. Le Petit Manseng (25 %) cépage apte au passerillage produit les moelleux de garde. Arômes de poire, de fleurs blanches, vanille, miel, de pain grillé et de fruits confits. Ils ont tous des aptitudes au vieillissement et développent des arômes d’amande grillée, de fruits secs et de truffes. Deux sortes de vins et d’appellations : Jurançon sec (blanc sec, 30 %) et Jurançon (blanc moelleux à liquoreux, 70 %).

  • Madiran : AOC depuis 1948. (rouges seulement) Cépages principaux : Le Tannat est le cépage de base (40 à 60 %). Très typé, ce cépage donne au vin sa charpente et son originalité. Le Cabernet Franc (appelé localement Bouchy) et le Cabernet Sauvignon apportent souplesse, bouquet et finesse à l’assemblage et le Fer Servadou (appelé localement Pinenc) renforce le côté fruité de la palette aromatique. Par décret, le Madiran doit obligatoirement vieillir un an avant sa commercialisation. Fait anecdotique, le Madiran fut longtemps le vin des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

  • Pacherenc du Vic Bilh. (Blancs uniquement, moelleux ou secs). Date du décret : 28 août 1975. Même aire de production que Madiran. Les 6 cépages du Pacherenc du Vic Bilh : Arrufiac. Petit Manseng, Gros Manseng, Courbu, Sauvignon et Sémillon. Le Pacherenc du Vic Bilh est un vin sec ou moelleux. Sec, il a des arômes floraux et de fruits exotiques. En moelleux, il exprime au nez le fruit avant tout (nèfles, ananas, écorces d’oranges) et miel. C’est un vin moelleux, frais, passerillé et non botrytisé.

  • Irouleguy : Date du décret : 29 octobre 1970. Cépages : Rouges et rosés : Cabernet Franc et Sauvignon et le Tannat. Blancs : Courbu et Petit et Gros Manseng. Les rouges sont moyennement corsés, peu tanniques, avec des arômes de petits fruits rouges. Les rosés sont fruités. On y produit une faible quantité de vins blancs qui sont généralement assez légers.

Les AOVDQS :

  • Tursan : Cépages blancs : Baroque (90 %) Gros Manseng et Sauvignon (10 %). Rouges Tannat (40 % max.) et Cabernets (60 % min.). Rosés : Cabernet Franc et Sauvignon.

  • Côtes-de-Saint-Mont : Cépages rouges : Tannat et Fer Servadou complétés par Cabernet Sauvignon et Cabernet Franc. Blancs : Gros Manseng, Arrufiac et Petit Courbu.

Haut de page

Aveyron (Rouergue) :

En AOC :

  • Marcillac : VDQS depuis 1965, date du décret AOC le 2 avril 1990. Cépages : 90 % de Fer Servadou appelé localement Mansoi. Typicité particulière. Rouges et Rosés uniquement. Rouges : robe foncée, puissants, charpentés, fruits rouges, cassis et myrtille. Meilleurs lorsque bus jeunes.

Les AOVDQS :

  • Estaing : Blancs : Chenin blanc et un peu de Mausac. Rouges et rosés : Gamay, Mansoi et Cabernets.

  • Entraygues & Fel : Blancs : Chenin. Rouges et rosés : Mansoi et Cabernets.

  • Côtes de Millau : Blancs : Chenin et Mauzac. Rouges : Gamay, Syrah et Cabernet Sauvignon. Rosés : Gamay, Cabernet Sauvignon, Syrah, Duras et Fer Servadou.

Haut de page

Tarn et Garonne (Lomagne) :

En AOC :

  • Fronton (autrefois Côte du Frontonnais) : Date du décret : 7 février 1975. Issus de l’unification de deux vignobles, ils peuvent faire suivre leur appellation des noms de Fronton et Villaudric. Sols pauvres, graveleux et secs. Dominé par le fer et le quartz. Rouges et rosés uniquement. Cépages : Rouges et rosés : La Négrette (50 % à 70 %) est le cépage principal. La région a gardé l’exclusivité de ce cépage, ce qui confère à l’appellation son caractère particulier. L’encépagement est complété à 25 % par les cépages Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Syrah, Fer Servadou, Côt ou Mérille et à 15 % par les cépages Gamay, Cinsault ou Mausac. Vins rouges fruités, souples et délicats. Robe rubis, arômes prononcés et dominants de cassis ou pruneau. Pour la plupart, ils se boivent jeunes.

En AOVDQS :

  • Lavilledieu : Rouges et Rosés : assemblage de Négrette (30 % max.) Cabernet Franc (25 % max.) Gamay (25 % max.) Syrah (25 % max.) et facultativement de Tannat (15 % max.).

Haut de page

Quercy :

En AOC :

  • Cahors : VDQS en 1951, décret de l’AOC : 15 avril 1971. « le plus vieux vignoble de France ». On appelle le Cahors le « vin noir » à cause de sa robe foncée. Deux types de terroirs : la vallée du Lot : sous-sol calcaire, composé de galets de quartz, graves et cailloutis calcaires d’érosion. Le Causse, calcaire du secondaire, fin jurassique, composé de pierrailles enrobées d’argile plus ou moins mêlé de marne. Ces sols sont généralement peu profonds. Cépages : Le cépage principal est le Côt Noir appelé localement Auxerrois (70 % minimum par décret), confère au Cahors son type tannique, sa couleur et son aptitude au vieillissement. Les cépages complémentaires sont le Merlot (apporte rondeur, moelleux et bouquet), le Tannat (renforce les qualités du cépage principal). Les Cahors ont une bonne aptitude au vieillissement et s’affinent au cours des ans. Selon les millésimes. ils peuvent vieillir de 5 à 15 ans. Vins tanniques, noirs, amples en bouche.

En AOVDQS :

  • Coteaux du Quercy : Cabernet Franc (40 % min., 60 % max.) associé aux Merlot, Tannat, Gamay et le Côt (20 % max. chacun).

Haut de page

Pour accéder aux publications précédentes cliquez ici     Pour voir mes plus récents livres en librairie, cliquez ici.

Jean-Louis Doucet
Votre cyber-sommelier



© Tous droits réservés / All rights reserved        lecyber-sommelier.com