Le contenu informatif

Les grandes régions viticoles de France : La Vallée de la Loire
Première partie :
Le Pays nantais et l'Anjou-Saumur

Introduction :

La Loire viticole est aussi diversifiée qu’elle est étendue. Elle longe la rivière du même nom en plus de parcourir plusieurs autres cours d’eau comme le Cher, l’Indre, l’Allier et la Vienne. Si plusieurs vignobles sont en déclin, malgré les efforts de certains vignerons, d’autres sont pleins de vigueur. C’est le cas des appellations Sancerre et Pouilly-Fumé dans le Centre, surtout en ce qui concerne les vins élaborés à base de Sauvignon-blanc, des vins tout à fait exceptionnels. Il y a aussi les appellations comme Bourgueil en Touraine et Muscadet dans le Pays nantais, pour n’en nommer que quelques-unes. C’est aussi le pays du Chenin blanc, un cépage noble qui s’exprime en ces terres comme nulle part ailleurs dans le monde. Ce cépage, dont la culture est surtout concentrée en Touraine et en Anjou-Saumur est vinifié en sec, mousseux et moelleux.

La vallée de la Loire est divisée en quatre sous-régions :

  • Le Pays Nantais

  • L’Anjou-Saumur

  • La Touraine

  • Le Berry Nivernais ou le Centre

Historique :

1154 – Henri II Plantagenêt, comte d’Anjou, devient roi d’Angleterre. Il épouse Aliénor d’Aquitaine et son empire s’étend alors de l’Écosse aux Pyrénées. Sous son règne et pour deux siècles encore le commerce des vins se développe vers l’Angleterre et l’Europe du Nord par la Loire.

1519 – François 1er acclimate autour de son château de Romorantin un cépage venu de Bourgogne qui prit le nom de Romorantin. Construction des fameux châteaux de la Loire : Chambord, Azay-le-Rideaux, Chenonceau, etc.

1635 – Première mention du muscadet. C’est après le grand gel de 1709 que le muscadet trouvera son terroir de prédilection dans le pays nantais.

XVIe au XVIIIe siècle – La compagnie hollandaise des Indes orientales organise le commerce des vins qui dès lors voyagent dans le monde entier. Le vignoble orléanais était encore puissant et renommé. Louis XV fait construire de nouveaux canaux facilitant le transport vers Paris. À la révolution, les vignobles sont morcelés et le commerce des vins décline un peu.

1800-1870 – Renouveau de la viticulture. La mise en bouteille se généralise. Les propriétaires privés et les négociants prennent la relève des religieux et des seigneurs. En 1811, Jean Ackerman, venant de Champagne, introduit à Saumur la seconde fermentation en bouteille pour les vins mousseux.

1880-1890 – Invasion du phylloxéra.

20e siècle – Le vignoble retrouve l’aspect que nous connaissons maintenant.

Géographie :

Ouest : roches plutoniques, métamorphiques ou sédimentaires du primaire entrecoupées par plaques de dépôts tertiaires et quaternaires. Sols variés.

  • Muscadet : Terrains anciens mêlés de roches éruptives recouverts de sable (60 à 80 %) ou de limons sablo-argileux (10 à 20 %).

  • Muscadet Sèvre et Maine : coteaux argilo-siliceux.

  • Muscadet Coteaux de la Loire : coteaux pierreux.

  • Saumur : sols crayeux recouverts de dépôts sableux communément appelés « tuffeau ».

Est : en bordure du bassin parisien, la roche mère est constituée de formations sédimentaires du secondaire (crétacé) et du tertiaire. En remontant le long des coteaux, on assiste à une succession de sols divers correspondant à l’apparition des différents affleurements : dans les parties basses, terrasses anciennes gravelo-sableuse. L’apparition de l’argile dans des sols plus consistants par la suite et des sols argilo-calcaires peu profonds et finalement sur les plateaux, des terres argilo-siliceuse.

La frontière, entre les deux parties, est constituée par le Layon (affluent de la Loire). On retrouvera des caractéristiques très nettes selon que les vins sont issus des sols de graves ou de « tuf » (tuffeau).

En Sancerrois des formations géologiques très différentes s’étendent de part et d’autre de la faille de Sancerre.
À l’ouest, on trouve deux formations datant du jurassique :

  • Les « terres blanches », de nature argilo-calcaires, représentant 40 % du vignoble. Elles se trouvent sur les collines les plus élevées de la partie occidentale du Sancerrois.

  • Les « caillottes », terres très pierreuses et calcaires.

À l’est, on est en présence de formations crétacées non calcaires (sols bruns d’érosion) sur les versants est et des terres argilo-siliceuses datant du tertiaire Focène appelées « silex » sur les versants ouest des collines. Ces terres très siliceuses représentent 20 % du vignoble.

Climat :

  • Région nantaise : climat océanique.

  • Anjou : climat continental du Saumurois jusqu’à la Touraine. Le flux océanique est arrêté progressivement par le relief des collines.

  • De la Touraine au Centre : le climat devient semi-continental avec une influence océanique de plus en plus limitée.

Les cépages :

o      Pays nantais :

Blancs :

Muscadet (9500 ha).

 

 

Gros-Plant (2818 ha).

 

Rouges:

Gamay (504 ha).

 

 

Grolleau (286 ha).

 

 

 

o      Anjou/Touraine :

Blancs :

Chenin blanc, blanc (9000 ha).

 

 

Chardonnay, blanc (78 ha).

 

Rouges:

Grolleau (5000 ha).

 

 

Cabernet franc (4800 ha).

 

 

Gamay (4870 ha).

 

 

Cabernet sauvignon (1350 ha).

 

 

Côt (Malbec) (350 ha).

 

 

Pinot noir (22 ha).

 

 

 

o      Berry Nivernais :

Blancs :

Sauvignon (3300 ha).

           (Centre)

 

Chardonnay (90 ha).

 

Rouge :

Pinot noir (265 ha).

 

Le Pays nantais :

Présentation :

13 000 ha. Offre des vins simples, frais et fruités, légèrement perlant et à boire jeunes. Vallet, La Haye-Fouassière, Mouzillon, Vertou sont autant de noms réputés dans le Sèvre-et-Maine, région la plus réputée du Muscadet. Essentiellement complanté de Muscadet et de Folle blanche. Son sol est caillouteux et totalement absent de calcaire, donnant ainsi un caractère original empreint de finesse.

Le Muscadet :

Le Muscadet est un vieux cépage originaire de Bourgogne appelé Melon musqué de Bourgogne. Vulnérable à la pourriture grise. Cépage productif de première époque, il est généralement récolté avant sa complète maturité pour conserver le supplément d’acidité recherché dans le vin. Apprécié pour ses arômes floraux et fruités, parfois minéraux et le côté musqué qui lui donne son nom. Donne des vins secs, légers et plutôt vifs. La vinification sur lie lui apporte un supplément de fraîcheur.

Le Muscadet est divisé en quatre appellations :

  • Muscadet : Située au sud de Nantes essentiellement à l’intérieur des départements de Loire atlantique, de Maine et de la Vendée.
    Date du décret : 23 septembre 1937
    Superficie : ±1 900 hectares.

  • Muscadet Sèvre et Maine : Située à l’est et au sud de Nantes sur la rive gauche de la Loire.
    Date du décret : 14 novembre 1936.
    Superficie : ±13 000 hectares.

  • Muscadet Coteaux de la Loire : Située entre Nantes et Angers sur les deux rives de la Loire à l’intérieur de 24 communes des départements de la Loire atlantique, du Maine et Loire.
    Date du décret : 14 novembre 1936.
    Superficie : ±330 hectares.

  • Muscadet Côtes de Grand Lieu : Située près de Nantes à l’intérieur de 17 communes du département de la Loire atlantique ainsi que de 2 communes de la Vendée.
    Date du décret : 29 décembre 1994.
    Superficie : ±330 hectares.

Muscadet sur lie :

Seul vin français d’appellation à pouvoir bénéficier de la mention sur lie. Le procédé sur lie est une découverte accidentelle. Après la fermentation alcoolique, on évite le départ en seconde fermentation (malolactique). Les particules en suspension, principalement les levures, se déposent au fond des cuves et constituent les lies fines. Contrairement aux autres vins blancs les muscadets sur lie ne sont pas soutirés, évitant ainsi l’oxydation du vin. Il se produit un nouveau phénomène : l’autolyse des levures. Résultat : dégagement de gaz carbonique. En l’absence de soutirage, le gaz carbonique reste prisonnier du vin et le nourrit. On parle d’un vin perlant. La mise en bouteille, par simple gravité, s’effectue au printemps (1er jeudi de mars) à la propriété (réglementée depuis 1994). Toutes les quatre appellations du Muscadet ont droit à cette mention.

Les AOVDQS :

Gros Plant du Pays Nantais :

Appellation située à l’ouest de Nantes et longeant l’Atlantique.
Date du décret : 26 novembre 1954
Superficie : 2 400 hectares.
Cépage : Folle blanche.
La Folle blanche : Cépage rustique originaire des Charentes. Implanté au pays nantais au Moyen-âge, il est cultivé pour l’élaboration du Gros Plant du Pays Nantais. Cépage de deuxième époque. Productif et s’adapte à une grande variété de climats. Donne des vins blancs secs et iodés aux arômes discrets. Léger, vif et d’une certaine nervosité.

Coteaux d’Ancenis :

Située sur la rive droite de la Loire entre Angers et Nantes.
Date du décret : 27 août 1973
Superficie : 260 hectares.
Cépages : Rouges et rosés : Cabernet sauvignon, Cabernet franc, Gamay (80 % de la production totale).
Blancs : Malvoisie (Pinot gris), Chenin blanc.

Fiefs vendéens :

Superficie : 420 ha.
Un peu en retrait du reste de la Loire viticole, elle est située au sud-ouest de celle-ci. On y produit des vins à base de Gamay et de Pinot-Noir (50 % minimum) et aussi des vins à base de Cabernet-Sauvignon et de Cabernet-Franc. Donne des vins fruités à boire jeune.

 

Anjou-Saumur :

Présentation :

Si le Pays nantais est un modèle de simplicité en Anjou-Saumur c’est la diversité qui prime. On y produit tous les styles de vins, du vin blanc sec au moelleux en passant par les rosés tantôt secs, tantôt demi-secs, en plus de produire des mousseux et des rouges. C’est une région contrastée en ce sens qu’on y élabore des vins moelleux de grande qualité et des rouges fruités somme toute assez sympathiques, mais encore aujourd’hui on y produit des rosés secs, demi-secs et doux en grande quantité et de qualité assez ordinaire.

Anjou :

Appellation générale pour tous les vins produits non couverts ou ne rencontrant pas les exigences de l’une ou l’autre des appellations plus spécifiques. Elle s’étend sur trois départements soit le Maine et Loire, Deux Sèvres et la Vienne.

Date du décret :

22 novembre 1999.

 

Superficie :

3 200 hectares

 

Cépages :

Blancs :

Chenin Blanc (80 %)

 

 

Chardonnay

 

 

Sauvignon

 

Rouges :

Cabernet-Franc

 

 

Cabernet-Sauvignon

 

 

Pineau d’Aunis

Anjou-Coteaux de la Loire :

Située à l’ouest de la ville d’Angers sur les deux rives de la Loire.
Date du décret : 26 août 1946
Superficie : moins de 50 hectares
Cette petite appellation produit des vins à base de Chenin Blanc uniquement. Il peut être vinifié en sec ou demi-sec.

 

Le Chenin blanc :

(également appelé Pineau de la Loire). Cépage tardif, il sait s’adapter aux différents microclimats de l’Anjou et de la Touraine en offrant une étonnante palette de vins. Variété de deuxième époque. Vigoureux. Sensible aux gelées printanières et à la pourriture grise et les vers de la grappe. Très fruité, très aromatique (miel, coing, abricot). Récolté au début des vendanges, permet d’élaborer des vins blancs secs ou des vins de base pour les mousseux. En fin de vendanges, après le développement du Botrytis cinerea, il donne naissance aux grands vins blancs demi-secs, moelleux et liquoreux du Val de Loire. Aptitude à la garde exceptionnelle.  

 

Anjou-Gamay :

Située sur l’aire d’appellation Anjou à l’exception de Saumur et Saumur-Champigny.
Date du décret : 22 novembre 1999
Superficie : ±350 hectares
Vin élaboré à base de Gamay seulement. Le nom du cépage doit obligatoirement figurer sur l’étiquette, toutefois les dimensions aussi bien en hauteur qu’en largeur ne doivent pas dépasser les deux tiers de celle des caractères de l’appellation Anjou. Il peut également être commercialisé en primeur le troisième jeudi de novembre.

Anjou-Mousseux :

Même aire de production qu’Anjou.

Date du décret :

22 novembre 1999

 

Superficie :

±50 hectares

 

Cépages :

Blanc :

Chenin Blanc

 

Rouges :

Cabernet-Franc

 

 

Cabernet-Sauvignon

 

 

Côt

 

 

Gamay

 

 

Grolleau

 

 

Pineau d’Aunis

À noter que les cépages rouges ne peuvent entrer dans l’assemblage des vins blancs que dans une proportion de 60 % au maximum. Est vinifié en blanc et en rosé.

Anjou-Villages :

Situé à l’intérieur de 46 communes dont 43 dans le département de Maine et Loire et 3 dans le département des Deux Sèvres.
Date du décret : 14 novembre 1991
Superficie : un peu moins de 300 hectares
Cépages : Cabernet-Franc et Cabernet-Sauvignon
Cette appellation ne concerne que les vins élaborés à base de Cabernets et sont généralement de meilleure qualité que ceux produits sous l’appellation Anjou tout court.

Anjou-Villages-Brissac :

Située sur la rive gauche de la Loire à une vingtaine de kilomètres au sud d’Angers.
Date du décret : 17 février 1998
Superficie : 100 hectares
Vins rouges élaborés à base de Cabernets uniquement.

Bonnezeaux :

L’appellation Bonnezeaux est située au sud d’Angers sur la rive droite du Layon.
Date du décret : 6 novembre 1951
Superficie : plus de 105 hectares
Cépage : Chenin Blanc
Vinifié en blanc moelleux. Les raisins sont cueillis en surmaturité et peuvent être atteints ou non par la pourriture noble (botrytis cinerea). C’est un des meilleurs vins blancs moelleux de toute la France. Propice à une longue garde.

Cabernet d’Anjou :

Sensiblement la même aire de production que celle d’Anjou.
Date du décret : 9 mai 1964
Superficie : ±2 720 hectares
Vins rosés uniquement à base de Cabernet-Franc et Cabernet-Sauvignon. Vinifiés en demi-sec ou en moelleux.

Cabernet de Saumur :

Situé à l’intérieur de 38 communes dans les départements des Deux Sèvres, Maine et Loire et de la Vienne.
Date du décret : 9 mai 1974
Superficie : ±105 hectares
Vins rosés à base de Cabernets. Il peut être sec à demi-sec.

Chaume :

Appellation située au sud-ouest d’Angers à une quinzaine de kilomètres de celle-ci.
Date du décret : 21 février 2007. À noter que cette appellation s’appelait autrefois Coteaux du Layon-Chaume et que le décret de celle-ci a été abrogé.
Vinifié en blanc moelleux. Les raisins sont cueillis en surmaturité par tries successives. L’élevage des vins doit s’achever au plus tard le 30 juin suivant la récolte.

Coteaux de l’Aubance :

Même aire de production que celle d’Anjou-Villages-Brissac.
Date du décret : 18 février 1950
Superficie : ±200 hectares
Vin blanc moelleux ou semi-moelleux à base de Chenin Blanc. Les raisins sont cueillis en surmaturité par tries successives.

Coteaux du Layon :

Située au sud ouest d’Angers dans le département du Maine et Loire.
Date du décret : 18 février 1950
Superficie : ±1 400 hectares
Vinifié en blanc moelleux à base de Chenin Blanc. Donne des vins de très grande classe. Les raisins sont cueillis en surmaturité par tries successives. La mention « sélection de grains nobles » peut figurer sur l’étiquette sous certaines conditions.

Quarts de Chaume :

Sur la rive gauche de la Loire au sud-ouest d’Angers soit à une quinzaine de kilomètres.
Date du décret : 10 août 1954
Superficie : ±60 hectares
Vins blancs moelleux de très grande classe élaborés à base de Chenin Blanc. Cette petite enclave dans les Coteaux du Layon donne des vins particulièrement savoureux. Le potentiel de garde de ces vins peut aller au-delà d’une vingtaine d’années.

Rosé d’Anjou :

La zone de production de cette appellation est la même que celle d’Anjou, mais peut également comprendre Saumur et Saumur-Champigny.

Date du décret :

22 novembre 1999

Superficie :

±2 400 hectares

Cépages :

Cabernet-Franc

 

Cabernet-Sauvignon

 

Côt (Malbec)

 

Gamay Groleau (Gris et noir)

 

Pineau d’Aunis.

Vinifié en sec, doux ou mousseux. À boire jeune.

Rosé de Loire :

Zone élargie qui comprend l’Anjou, le Saumurois et la Touraine.

Date du décret :

4 septembre 1974

Superficie :

±800 hectares

Cépages :

Cabernet-Franc

 

Cabernet-Sauvignon

 

Côt (Malbec)

 

Gamay Groleau (Gris et noir)

 

Pineau d’Aunis

 

Pinot-Noir

Vinifié en rosé ou gris sec. Donne des vins généralement assez simples à consommer jeunes.

Saumur :

Date du décret :

22 novembre 1999

 

Superficie :

±1 300 hectares

 

Cépages :

Blancs :

Chenin Blanc (cépage principal)

 

 

Chardonnay

 

 

Sauvignon (les cépages Chardonnay et Sauvignon ne peuvent dépasser ensemble ou séparément 20 % de l’assemblage. De plus, il ne sera plus permis d’utiliser le Sauvignon à partir de 2017)

 

Rouges :

Cabernet-Franc

 

 

Cabernet-Sauvignon

 

 

Pineau d’Aunis

Les vins vendus sous cette appellation peuvent être vinifiés en blanc sec, demi-sec ou pétillant et aussi en rouge. En rouge, le Cabernet-Franc est obligatoire. Il peut également être élaboré à 100 % de ce cépage et apparaître sur l’étiquette.

Saumur-Champigny :

Cette appellation est située sur la rive gauche de la Loire à la jonction de la Thouet dans le département de Maine et Loire.

Date du décret :

22 novembre 1999

Superficie :

±1 600 hectares

Cépages :

Cabernet-Franc

 

Cabernet-Sauvignon

 

Pineau d’Aunis

Vinifié en rouge seulement. Peut être vinifié à base de Cabernet-Franc seul ou en assemblage avec d’autres cépages. Possède un bon potentiel de garde (une dizaine d’années environ). Meilleur rouge de la région.

Saumur Mousseux :

Date du décret :

24 août 1976

Superficie :

±850 hectares

Cépages :

Blancs :

Chardonnay

 

 

Chenin Blanc

 

 

Sauvignon

 

Rouges :

Cabernet-Franc

 

 

Cabernet-Sauvignon

 

 

Côt (Malbec)

 

 

Gamay

 

 

Groleau

 

 

Pineau d’Aunis

 

 

Pinot-Noir

Peut être vinifié en Blanc, blanc de blanc et en rosé. La production de rosés est par contre assez faible. Cette appellation fournit des vins de qualité, ce qui peut en surprendre plusieurs.

Savennières :

Sur la rive droite de la Loire, près d’Angers au sud-ouest de celle-ci dans le département du Maine et Loire.
Date du décret : 5 décembre 1996
Superficie : ±130 hectares
Élaboré à base de Chenin Blanc uniquement. Vinifié en blanc sec pour la plupart, mais une faible quantité de vin blanc demi-sec est également produite. Deux lieux-dits ont droit d’ajouter leur nom à l’appellation soit Coulée de Serrant (85 hectares) et Roche aux Moines (6 hectares). À noter que ces deux dernières sont entièrement détenues par Nicolas Joly, un des grands porte-étendards de la biodynamie. Ces vins sont parmi les meilleurs de la région et ils ont un potentiel de garde de plus de quinze ans.

à suivre...

Haut de page

Pour accéder aux publications précédentes cliquez ici     Pour voir mes plus récents livres en librairie, cliquez ici.

Jean-Louis Doucet
Votre cyber-sommelier



© Tous droits réservés / All rights reserved        lecyber-sommelier.com