Le contenu informatif

Les grandes régions viticoles de France : le Languedoc-Roussillon

La région du Languedoc-Roussillon regroupe en réalité deux régions dans une, lesquelles ont uni leurs efforts pour la reconnaissance des AOC; le Languedoc, une région longeant la Méditerranée, de loin la plus étendue des deux et s’étalant sur trois départements (Gard, Hérault et Aude); le Roussillon, une région moins grande en superficie située tout au sud de la France aux pieds des Pyrénées. Le Languedoc-Roussillon est une région riche et diversifiée.

Longtemps considérée comme une région où l’on ne produisait que des vins de qualité médiocre, insipides auxquels on ajoutait une quantité de vin importé d’Algérie afin d’améliorer leur structure, le Languedoc-Roussillon bénéficie maintenant d’une meilleure réputation grâce surtout à des producteurs qui se sont pris en main et qui ont élevé la qualité de leurs vins, en réduisant les rendements, par exemple. La plupart des appellations, mis à part les vins doux naturels et quelques rares appellations comme Fitou et Clairette de Bellegrade, n’ont accédé au rang d’AOC que tout récemment. Elles étaient reconnues comme des VDQS (ancienne dénomination qu’on appelle maintenant AOVDQS). De nos jours, il n’est pas rare d’y découvrir quelques trésors à petit prix, mais pour combien de temps? Car nombre d’appellations comme Corbières, Faugères ou Saint-Chinian, sans oublier les Coteaux-du-Languedoc, pour n’en nommer que quelques-unes, ont maintenant acquis leurs lettres de noblesse et vendent à prix fort, quoique concurrentiel, le fruit de leur labeur. Des régions viticoles de France, le Languedoc-Roussillon est certainement celle qui est le plus en ébullition ces dernières années. C’est également dans ce coin de la France que les producteurs hésitent le moins à élaborer des vins à la manière du « nouveau monde ».

La région est aussi la terre d’accueil de nombreuses appellations en Vin de Pays de qualité plus qu’acceptable. À elle seule, l’appellation Vin de Pays d’Oc (VDP régional) représente plus de 40 % du marché des Vins de Pays du Languedoc-Roussillon. Cultivés sur quatre départements : l’Aude, le Gard, l’Hérault et les Pyrénées orientales, le Pays d’Oc, avec plus de 300 000 hectares de vignes, est le plus vaste vignoble au monde. À noter que chacun des départements a aussi droit à son appellation Vin de Pays (VDP départemental). On retrouve également plusieurs autres appellations Vin de Pays sur le territoire (VDP de zone). Il est à noter que certains producteurs, réfractaires aux exigences des AOC et préférant faire des vins à leur goût, ont lancé des vins hors norme en appellation Vin de Pays qui rivalisent en termes de qualité avec les plus grands vins de la planète.

La région est également réputée pour ses vins doux naturels. Les Banyuls, Maury, Rivesaltes, Muscat-de-Frontignan, Muscat-de-Lunel, Muscat-de-Minerval, Muscat-de-Saint-Jean-de-Minervois et Muscat-de-Rivesaltes ont bénéficié d’une très grande réputation dans le monde entier, et ce, bien avant le reste de la région.

Haut de page

Spécialités régionales :

  • Apéritifs à base de vin : Dubonnet, St-Raphaël, Noily Pratt, Byrrh;

  • Soupe de poisson : légumes, tomates, ail, poisson de roche, réduit en purée, passé et servi avec croûtons et rouille;

  • Cargolade : repas de fête en plein-air, à Pâques ou à la Pentecôte, à base d’escargots cuits sur la braise de sarments de vigne;

  • Sanglier : civet, rôti, filet;

  • Anchois;

  • Touron : sorte de nougat à base de noisettes, miel et amandes;

  • Miel, marrons, charcuteries : dans les Sévènes.

Les cépages :

Les 20 dernières années ont connu une profonde restructuration du vignoble avec un développement des cépages méditerranéens comme le Grenache, le Mourvèdre ou la Syrah, vedettes des nouvelles plantations. Il n’est pas rare de retrouver dans le Languedoc-Roussillon des vins monocépages (Clairette du Languedoc (100 % Clairette) ou la Blanquette Méthode Ancestrale (100 % Mauzac)).

Cépages vins rouges et rosés :

  • Cabernet Sauvignon : Donne des vins tanniques et apporte de la charpente.

  • Carignan : On le vinifie parfois en macération carbonique. Offre des rendements faibles. Donne des vins puissants, colorés aux tannins durs.

  • Cinsault : Offre de bons rendements. Excellent lorsque vinifié en rosé. Donne des vins fruités et souples.

  • Côt (Malbec) : Donne des vins tanniques et foncés.

  • Fer Servadou : Donne des vins vifs, tanniques et moyennement colorés.

  • Grenache noir : Donne de grands vins de garde, structurés et aromatiques (si les rendements sont maîtrisés). Cépage principal de certains vins doux naturels tels que Banyuls et Maury.

  • Grenache gris : Surtout utilisé pour les vins gris (Sables du Littoral méditerranéen) et vins doux naturels.

  • Lladonner Pelut : Offre des caractéristiques qui se rapprochent du Grenache noir.

  • Maccabeu (Maccabeo) : Donne des vins puissants et aromatiques, peu acides.

  • Mourvèdre : On dit du Mourvèdre qu’il aime avoir « Les pieds dans l’eau et la tête au soleil ». Offre un bon potentiel de vieillissement, vins de grande qualité, corsés, colorés, riches et tanniques. Excellent bouquet et beaucoup de longueur en bouche.

  • Muscat à petits grains, blancs ou rosés : Utilisé pour les rosés et les vins doux naturels. Très aromatique (agrumes et fruits exotiques).

  • Muscat à petits grains rouges : Produit des vins secs ou doux. Bon équilibre entre la richesse en sucre et l’acidité.

  • Syrah : Donne des vins puissants, riches et capiteux, offrant un bon potentiel de vieillissement. Donne des vins d’une couleur intense, aromatiques, tanniques, charpentés et peu acides. Permet aussi l’élaboration de vins rosés fruités.

Cépages vins blancs :

  • Bourboulenc : Cépage produisant de grosses grappes, baies de taille moyenne. Donne des vins fins, peu alcoolisés.

  • Chardonnay : Que dire de ce cépage mondialement connu et planté presque partout.

  • Chenin : Cépage caractérisé par son côté fruité et aromatique (coing, miel, abricot).

  • Clairette : Un des plus anciens cépages du Languedoc. Donne des vins assez alcooliques, peu acides avec des arômes marqués de miel, laissant une amertume en fin de bouche. Très sensible à l’oxydation. Permet l’élaboration de vins effervescents.

  • Grenache blanc : Utilisé pour les vins doux naturels et les blancs secs. Longs en bouche, mais parfois avec une acidité insuffisante. Surtout cultivé dans le Roussillon.

  • Maccabeu blanc : Donne des vins blancs secs, effervescents ou doux naturels. Légers avec un manque d’acidité et arômes peu intenses.

  • Malvoisie du Roussillon (Tourbat) : Cultivé pour les vins doux naturels.

  • Marsanne : Surtout cultivé dans les Coteaux du Languedoc. Donne des vins blancs secs ou effervescents aux arômes fins et à l’acidité moyenne.

  • Mauzac : Cultivé dans la région de Limoux (pour la Blanquette de Limoux). Donne des vins aux arômes de pomme. Il est sensible à l’oxydation.

  • Muscat à petits grains, blancs ou rosés : Cépage très aromatique. Utilisé surtout pour les vins doux naturels.

  • Piquepoul blanc : Essentiellement cultivé dans le département de l’Hérault. Ce cépage a donné son nom à l’AOC Coteaux du Languedoc « Piquepoul de Pinet » dont la production se situe sur les bords de l’étang de Thau. Vins blancs secs typés, nerveux et agréables.

  • Rolle : Donne des vins blancs de couleur pâle, équilibrés et gras avec une grande richesse aromatique (floraux et fruités).

  • Roussanne : Donne des vins blancs complexes, puissants et aptes au vieillissement. En régression parce que sensible et vulnérable aux maladies (pourriture grise, etc.).

Haut de page

Le Languedoc

Comme je l’ai écrit plus haut, la région du Languedoc est vaste et étendue. Elle offre une grande palette de vins, typés et de bonne qualité. Longtemps perçue comme une région ne produisant que des vins bas de gamme, voir insipides, la région a effectué un virage à 180° vers la fin des années 70. Plusieurs infrastructures modernes ont vu le jour ces dernières années et le vignoble du Languedoc est maintenant tourné vers l’avenir et son futur semble des plus prometteurs. On y produit des vins rouges chauds, tanniques et charpentés aussi bien que des vins fruités, rafraîchissants et faciles à boire. Les vins doux naturels ont longtemps été le fer de lance de la région et les mousseux typiques que sont les Blanquette-de-Limoux et Clairette-de-Bellegrade n’ont plus besoin de présentation.

Les appellations du Languedoc :

Cabardès :

Date du décret : 12 février 1999. Production : 30 000 hl. 90 % rouge, 10 % rosé. L’encépagement de Cabardès doit représenter 40 % minimum de cépages atlantiques : Merlot, Cabernet Sauvignon, Cabernet Franc et 40 % minimum de cépages méditerranéens : Syrah, Grenache, 20 % maximum de Cot, Fer Servadou et Cinsault. On recherche la finesse et la concentration à travers des vinifications longues suivies, au printemps, d’un travail complexe d’assemblage. L’assemblage des deux familles de cépages permet d’élaborer des vins équilibrés et complexes, mariant les fruits rouges, la finesse et la vivacité des cépages atlantiques avec la richesse, le gras et la souplesse profonde des cépages méditerranéens.

Clairette de Bellegrade :

Date du décret : 28 juin 1949. Production : 2 000 hl. Cette appellation est faite à partir de 100 % de Clairette. Vin blanc tranquille uniquement, à la robe légèrement dorée, aux arômes floraux, fruité et léger. Fait à signaler, cette zone de production (la plus à l’est du Languedoc) est séparée du reste du Languedoc par Costières-de-Nîmes, une appellation aujourd’hui rattachée à la Vallée du Rhône.

Clairette du Languedoc :

Date du décret : 12 avril 1965. Production : 2 800 hl. AOC depuis 1948. 100 % blancs. Cépage : 100 % Clairette. Particularité : Vendange manuelle, égrappage total, légère macération avec égouttage, fermentation à température contrôlée. Sur la clairette moelleuse, une dominance de miel et de pêche, alliant des arômes de poire à un nez puissant, la bouche présente toute la saveur d’un grand moelleux. Pour les vins blancs secs, le registre des fruits de la passion, mangue, goyave, se retrouve dans les vins jeunes; des arômes de noisette, de confiture pour les vins plus mûrs.

Corbières :

Date du décret : 24 décembre 1985. Aperçu : Production : 650 000 hl. 95 % rouges, 3,5 % rosés, 1,5 % blancs.
Cépages : Blancs : Grenache blanc, Bourboulenc, Clairette, Maccabeu, Marsanne, Muscat à petits grains, Piquepoul, Roussanne. Les cépages Clairette, Muscat à petits grains, Terret et Piquepoul doivent représenter un maximum de 10 % de l’ensemble.
Cépages noirs : Carignan, Cinsault, Grenache. Lledoner Pelut, Mourvèdre, Piquepoul, Syrah, Terret. Pour la production de rosés, les cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre, Piquepoul, et Syrah doivent représenter ensemble au minimum 25 % de l’encépagement alors que les cépages Carignan et Cinsault ne peuvent dépasser 50 % de l’encépagement. Pour les rouges, les cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre, et Syrah doivent représenter un minimum de 50 % de l’encépagement. Le Cinsault ne peut dépasser 20 % de l’encépagement.
Une des plus belles appellations du Languedoc. Des progrès fantastiques ont été faits dans cette région qui a longtemps été reconnue pour ses vins tristes à mourir. Les vignes y poussent souvent à travers des champs de garrigue et ces arômes se retrouvent dans le vin. On y pratique parfois la macération carbonique qui donne des vins plutôt légers, mais la plupart du temps les vins de Corbières sont assez tanniques et charpentés. Les vins rouges jeunes offrent des arômes de cassis ou de mûres. Plus âgés, ils s’ouvrent sur les épices, le poivre, la réglisse, les notes de garrigue, le thym. Les rouges de garde sont puissants aux arômes de vieux cuir, de café, de cacao et de gibier. Les rosés sont de bonne structure, avec des arômes floraux, frais et fruités. Les blancs, plutôt rares, sont de couleur pâle, avec des arômes floraux, vifs et légèrement fruités.

Les terroirs de l’appellation Corbières :

Corbières est divisé en 11 terroirs avec une géologie propre à chacun d’eux.

  1. Montagne d'Alaric : Cette zone bénéficie d’un climat méditerranéen et océanique. Les sols sont composés de terrasses de calcaire et de graves. La situation du vignoble n’excède pas 100 mètres d’altitude. Convient particulièrement à la Syrah et au Grenache. Les rouges sont gras et élégants alors que les blancs sont fins et caractérisés par des arômes floraux.

  2. Saint-Victor : Situé au centre de l’appellation, cette zone bénéficie d’un climat méditerranéen, mais marqué par l’éloignement relatif du littoral. Les sols sont composés de grès, d’argile, de calcaire et de schiste. Le vignoble situé sur un plateau s’élève entre 150 et 300 mètres d’altitude. Cette situation géographique permet une maturation lente favorisant une pleine expression du fruit. Donne des vins rouges gras et ronds et des vins blancs puissants et bien équilibrés.

  3. Fontfroide : Une des régions les moins pluvieuses de France cette zone bénéficie d’un climat méditerranéen. C’est une région chaude et sèche avec des sols possédant de bonnes réserves hydriques. C’est une zone favorable à une longue maturation et particulièrement propice au Mourvèdre qui aime avoir la tête au soleil et les pieds dans l’eau.

  4. Quéribus : Cette zone est installée sur des versants caillouteux d’une profonde vallée située à une altitude variant entre 250 et 400 mètres. Cette situation géographique a pour effet de tempérer la sécheresse de l’été. Permet une maturation lente qui sied bien aux cépages comme la Syrah et le Grenache. Donne des vins puissants, ronds et généreux développant des arômes de framboise, de cassis, de café et de cacao pour les rouges. Les blancs offrent de beaux arômes floraux, de poire et d’ananas.

  5. Boutenac : Cette zone bénéficiant de l’influence méditerranéenne est une succession de petites collines. Les rendements sont limités par des sols peu fertiles, mais sont très favorables à l’expression aromatique des cépages. Le Mourvèdre s’y plaît particulièrement. Les vins qui y sont produits sont amples, soyeux et harmonieux avec des notes de garrigue et de fruits noirs pour les rouges.

  6. Termenès : Cette zone, la plus élevée des Corbières, est située entre 400 et 500 mètres d’altitude. Les sols sont composés d’argile, de calcaire et de schiste. Le climat bénéficie des influences océaniques et montagnardes, ce qui favorise une maturation lente des raisins. Les rouges sont structurés et ronds avec des arômes de fruits rouges auxquels s’ajoutent des notes de sous-bois. L’altitude élevée du terroir est propice à la production de vins blancs aromatiques.

  7. Lézignan : Cette zone située la plus au nord de l’appellation est composée de terrasse caillouteuse, particulièrement favorable à la culture de la vigne. Les vignes sont plantées à une altitude moyenne de 50 mètres. Cette zone bénéficie d’un climat méditerranéen. Donne des rouges gras, souples et ronds avec des arômes de garrigue, de poivre et de fruits noirs confits. Les blancs sont complexes et puissants.

  8. Lagrasse : Cette zone est à l'abri de la montagne d'Alaric. La terre est rouge (terra-rossa) et composée de calcaire dur. Le vignoble est situé à une hauteur variant de 150 à 250 mètres ce qui tempère les étés chauds et secs. Les rouges sont particulièrement prédestinés à l’élevage et développent des arômes de cuir avec le temps. Ils sont longs en bouche, équilibrés et fins. Les blancs sont également aptes au vieillissement et développent des arômes de fruits exotiques.

  9. Sigean : Cette zone est située sur la côte et longe la Méditerranée. Le sol est varié et on y trouve au haut des pentes blanches des sols de marne et de calcaire et plus on descend et plus on trouve des sols de graves, des terrasses quaternaires ponctuées de grès rouges. Les vignes cohabitent avec le cyprès, le pin d’Alep, le thym et le romarin et ces arômes se retrouvent dans les vins. Le climat est méditerranéen et le Mourvèdre s’y plaît particulièrement. Les vins rouges sont riches, généreux et racés et les blancs sont fins et délicats.

  10. Durban : Cette zone, bien que située à une trentaine de kilomètres de la côte, ne bénéficie que très peu de l’influence maritime à cause d’une ceinture rocheuse culminant à 600 mètres d’altitude. Le vignoble est installé en coteaux et les sols sont peu fertiles et peu profonds. Les rouges sont concentrés et peuvent vieillir. Les blancs sont aromatiques et gourmands.

  11. Serviès : Cette zone est située entre la Montagne d’Alaric au nord et le plateau de Lacamp au sud. De par sa situation géographique, le vignoble profite des influences méditerranéennes et continentales. Le climat est aride, mais les pluies sont parfois fortes et intenses et ont pour effet de gorger d’eau les sols de marnes et de molasses calcaires. La Syrah est le cépage le plus planté de cette zone. Les rouges sont charmeurs et élégants. Les blancs sont amples et frais.

Coteaux-du-Languedoc :

Date du décret : 24 décembre 1985. Ce vignoble est réparti sur 91 communes et s’étire sur des kilomètres de Nîmes à Narbonne. Cette région, qui s’étend sur trois départements, pourrait à elle seule faire l’objet d’un document spécifique. On y trouve deux types d’appellations : Coteaux-du-Languedoc et Coteaux-du-Languedoc suivi du nom du terroir. Cette dernière catégorie concerne les vins provenant de zones de production plus spécifiques et par conséquent de terroirs particuliers. Les vins du Coteaux-du-Languedoc suivi du nom du terroir offrent des caractéristiques distinctes à chacun. On dénombre neuf terroirs ayant le droit de faire suivre de leur nom celui de Coteaux-du-Languedoc. De plus, on retrouve huit zones climatiques dont deux ayant le droit de faire suivre leur nom de celui de l’appellation Coteaux-du-Languedoc, soit La Clape et Picpoul de Pinet. Cela semble bien compliqué, mais nous allons essayer de démêler tout ça dans les lignes qui suivent.

Aperçu :

Production : 475 000 hl. 78 % rouge, 10 % rosé, 12 % blanc. 8 zones climatiques : La Clape, Terrasse de Béziers, Pézenas, Grès de Montpellier, Picpoul de Pinet, Terrasses du Larzac, Terres de Sommières, Pic Saint-Loup. 9 terroirs : Quartouze, Carbières, Saint-Saturnin, Montpeyroux, Saint-Georges d’Orques, La Méjanelle, Saint-Chistol, Saint-Drézéry, Vérarques.

Cépages principaux :

Rouges et Rosés : Grenache, Syrah, Mourvèdre (50 % min. pour les trois) assemblés aux Cinsault et Carignan. Pour le Pic Saint-Loup : Syrah, Grenache et Mourvèdre (90 % min). Pour la Clape : Syrah, Grenache et Mourvèdre (70 % min). Blancs : Grenache, Clairette, Bourboulenc, Piquepoul, Roussanne, Marsanne et Rolle. Pour le Picpoul de Pinet : 100 % Piquepoul.
Les vins rouges sont veloutés et élégants. Notes de framboise, cassis, épices ou poivre. Les vins de garde développent des notes de cuir, de laurier et de garrigue (cade, genévrier, thym et romarin).

Coteaux du Languedoc + Nom de terroir :

Quartouze :

  • Aire de production : Narbonne.

  • Production annuelle : 5 887 hl.

  • Type de sol : Terrasses à galets roulés.

  • Climat : Bien ensoleillé, venteux, faible pluviométrie et bénéficiant de l’influence maritime.

  • Encépagement : L'assemblage dans le vin d'au moins deux cépages est obligatoire.

  • Cépages blancs : Bourboulenc, Carignan, Clairette, Maccabeu, Tiquepoul, Terret et Ugni blanc.

  • Cépages roses : Grenache (10 % au maximum en cépage complémentaire).

  • Cépages noirs : Cinsault 45 % au minimum pour les vins rosés et 40 % au maximum pour les rouges; Carignan 40 % au maximum avec présence obligatoire de deux autres cépages tels que Grenache et Lledoner Pelut (20 % au minimum, ensemble ou séparément); Mourvèdre et Syrah (20 % au minimum, ensemble ou séparément).

  • L'ensemble des cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah doit représenter un minimum de 50 % de l’assemblage. Les cépages complémentaires Counoise, Piquepoul et Terret peuvent entrer dans l’assemblage pour un maximum de 10 %.

  • Quartouze est possiblement le plus ancien vignoble de la région. Les rouges sont charnus et assez puissants. Les rosés sont puissants et s’apparentent à certains vins de la Vallée du Rhône. Le cépage Maccabeu est largement planté pour entrer dans l’assemblage des vins blancs.

Cabrières :

  • Zone de production : Limité à la commune de Cabrières dans le département de l'Hérault.

  • Production annuelle : 9 083 hl.

  • Type de sol : Schisteux.

  • Encépagement :

    • Blancs : Bourboulenc, Carignan, Clairette, Maccabeu, Piquepoul, Terret et Ugni Blanc.

    • Rosés : Grenache (10 % maximum)

    • Noirs : Cinsault (45 % minimum pour les rosés et 40 % maximum pour les rouges), Carignan (40 % maximum et doit obligatoirement être associé à au moins deux cépages), Grenache et Lledoner Pelut (pour 20 % minimum ensemble ou séparément), Syrah et Mourvèdre (pour 20 % minimum chacun ou séparément). L’ensemble des cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah doit être présent dans l’assemblage pour un minimum de 50 % et les cépages Counoise, Piquepoul et Terret sont considérés comme cépages accessoires et ne peuvent contribuer à l’assemblage que pour 10 % pour l’ensemble.

  • La majorité des vins produits sous cette appellation sont vinifiés en rosé et il est conseillé de les boire jeunes et on y fait également une certaine quantité de rouges relativement puissants. La région est aussi réputée pour produire une bonne quantité de Clairette du Languedoc qui se démarque par son côté minéral.

Saint-Saturnin :

  • Zone de production : Saint-Saturnin, Arboras (en partie), Jonquières, St-Guiraud dans le département de l’Hérault.

  • Saint-Saturnin bénéficie d’un climat chaud situé au pied des contreforts du Larzac dominé par le rocher des deux vierges qui protège le vignoble des vents.

  • Encépagement : Mêmes caractéristiques que Cabrières.

  • Les vins produits sous cette appellation ont des similitudes avec ceux de Cabrières bien qu’ils puissent être plus charpentés que ces derniers. On y produit des rosés et des rouges.

Montpeyroux :

  • Zone de production : Montpeyroux et Arboras (en partie) situé au nord-ouest de Montpellier dans le département de l’Hérault.

  • Encépagement : Voir Cabrières.

  • Vinifiés en rosé ou en rouge. Les rouges sont assez charpentés avec des arômes de fruits noirs et de garrigue.

Saint-Georges d’Orques :

  • Zone de production : Situé à l’ouest de Montpellier dans les communes de Juvignac, Lavérune, Murviel Lès Montpellier, Pignan et Saint-Georges d'Orques dans le département de l'Hérault.

  • Type de sol : Terrasses de galets.

  • Encépagement : Voir Cabrières.

  • Vinifié en rosé et en rouge. Très proche en termes de caractères aux Montpeyroux et Saint-Saturnin.

Saint-Christol :

  • Aire de production : Saint-Christol.

  • Type de sol : Terrasses de galets roulés.

  • Climat : Influencé par les vents maritimes.

  • Encépagement : Les vins produits sous cette appellation doivent obligatoirement être composés d’au moins deux cépages.

  • Cépages blancs : Bourboulenc, Carignan, Clairette, Maccabeu, Piquepoul, Terret et Ugni.

  • Cépages roses : Grenache (10 % au maximum en cépage complémentaire).

  • Cépages noirs : Cinsault 45 % au minimum pour les vins rosés et 40 % au maximum pour les rouges; Carignan 40 % au maximum avec présence obligatoire de deux autres cépages tels que Grenache ou Lledoner Pelut (20 % au minimum, ensemble ou séparément); Mourvèdre et Syrah, 20 % au minimum, chacun ou séparément.

  • L'ensemble des cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah doit représenter un minimum de 50 %; cépages complémentaires (10 % au maximum) Counoise, Piquepoul et Terret noir.

  • Une Commanderie de l’ordre des Hospitaliers de St-Jean de Jérusalem créée en 1139 est à l’origine de la création de ce terroir limité à la commune de St-Christol. Bénéficie d’un climat favorisant une bonne maturité des baies. Le Mourvèdre est largement planté et y a trouvé un terroir de prédilection. On y produit des vins rouges et rosés seulement. Les rouges sont charnus et ont un bon potentiel de garde.

Pic Saint-Loup :

  • Zone de production : Située à une vingtaine de kilomètres au nord de Montpellier, à l'intérieur des territoires de douze communes du département de l'Hérault et une du Gard, entre Corconne au nord et St-Gély du Fesc au sud.

  • Type de sol : Argilo-calcaire et marno-calcaire.

  • Superficie : 900 ha.

  • Production annuelle : 36 188 hl dont 23 471 vendus sous l’appellation Pic Saint-Loup.

  • Encépagement : Grenache, Syrah, Mourvèdre (aucune restriction). Les vins produits sous cette appellation doivent obligatoirement être constitués de l’assemblage de deux cépages. Certains cépages complémentaires peuvent entrer dans l’assemblage, mais avec restrictions; Carignan (10 % maximum, uniquement pour les rouges), Cinsault (30 % maximum pour les rosés et 10 % pour les rouges).

  • Vinifiés en rosé et en rouge.

  • Le vignoble de Pic Saint-Loup est le vignoble le plus septentrional des Coteaux du Languedoc. Il bénéficie d’un climat méditerranéen et continental. Des écarts importants de température durant la période de maturation des raisins permettent la production de vins fins et concentrés.

Les zones climatiques :

La Clape :

  • Zone de production : Armissan, Fleury d’Aude, Salles-d’Aude, Vinassan, Narbonne. Longtemps appelée insula laci à cause des nombreux lacs qui l’entoure.

  • Production annuelle : 40 360 hl dont 26 282 hl vendus sous l’appellation La Clape.

  • Type de sol : calcaire dur, argile rouge et cailloutis, molasses, éboulis entre pinèdes et falaises.

  • Climat : faible pluviométrie et bien ensoleillé avec du vent et des influences maritimes.

  • La Clape est réputé pour son vin blanc élaboré à base de 60 % minimum de Bourboulenc appelé localement Malvoisie. On y produit également des rouges et des rosés.

Picpoul de Pinet :

  • Zone de production : Castelnau-de-Gers, Florensac, Mèze, Montagnac, Pinet, Pomérols.

  • Production annuelle : 45 109 hl dont 43 419 hl vendus sous l’appellation Picpoul de Pinet.

  • Type de sol : Molasse sableuse et sols de garrigue.

  • Encépagement : Piquepoul

  • Vinifié en blanc uniquement.

Limoux :

Date du décret : 13 avril 1981 : Quatre appellations sont produites sur ce territoire situé dans la partie ouest du Languedoc (à l’ouest de Corbières et au sud de Cabardès) : Blanquette-de-Limoux : 50 000 hl. Crémant-de-Limoux : 30 000 hl. Blanquette méthode ancestrale : 4 000 hl. Limoux (vin tranquille) : 5 000 hl.

Blanquette-de-Limoux :

Mauzac (90 % min.), Chenin, Chardonnay. Peut être sec ou demi-sec. Seconde fermentation en bouteille. (voir aussi Blanquette de Limoux méthode ancestrale)

Crémant-de-Limoux :

Cépages :
Blancs : Chardonnay et Chenin, (maximum 90 % ensemble). Le Chenin doit être présent avec un minimum de 20 % et ne doit pas dépasser 40 % de l'encépagement. Cépages accessoires : Mauzac Blanc et Pinot Noir. Ces deux cépages, considérés ensemble ou séparément ne peuvent dépasser 20 % de l'encépagement. Le Pinot Noir ne peut dépasser à lui seul 10 % de l'encépagement.
À noter que le Crémant-de-Limoux doit vieillir plus longtemps que la Blanquette-de-Limoux soit un minimum de 15 mois.

Limoux :

(vins tranquilles) :
Les vins tranquilles de l’appellation Limoux sont rares et sont vendus sur place plus qu’ils ne sont exportés.
Les cépages :
Les blancs : Chardonnay, Mauzac (minimum 15 %), Chenin.
Les rouges : Les vins rouges de l’appellation Limoux doivent être issus de l’assemblage d’un minimum de trois cépages. Un minimum de 50 % de Merlot doit entrer dans l’assemblage, 30 % minimum de Côt, Syrah et Grenache (ensemble ou séparément) et 10 % maximum de Carignan. Les cépages Cabernet-Franc et Cabernet-Sauvignon peuvent entrer dans l’assemblage pour un maximum de 20 %.

Blanquette méthode ancestrale :

100 % Mauzac.
Particularité : Blanquette et Crémant : Après une première fermentation en cuve et l’obtention des vins de base de chaque cépage, on procède à l’assemblage et on ajoute une liqueur de tirage qui provoque une seconde fermentation, celle-ci en bouteille. Le vin « prend mousse ». Après 9 mois de repos, à l’élimination du dépôt qui subsiste, on ajoute la liqueur d’expédition qui donne le caractère brut ou demi-sec. La bouteille est ensuite bouchée d’un liège définitif. Blanquette méthode ancestrale : Fermentation entièrement naturelle, mise en bouteille à la veille de la Lune de mars. Moins de 7º d’alcool acquis.
Les effervescents ont des bulles fines et élégantes. Au nez, un bouquet méridional, abricot, acacia, aubépine, fleur de pêche ou pomme pour la blanquette méthode ancestrale. Les Limoux blancs s’ouvrent sur une note finement vanillée, sur une structure de vin fraîche.

Malepère :

Autrefois Côtes de la Malepère. Modifié le 02/05/2007
- Rendements : 50 hl/h.
- Superficie : 650 hectares.
- Production annuelle : 40 000 hl. AOC depuis 1976. 90 % rouge, 10 % rosé.
- Cépages : Rouge : le Merlot est le cépage principal, associé au Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Grenache noir, Lledoner Pelut, Cinsault, qui constituent les cépages complémentaires. Les vins produits sous cette appellation doivent obligatoirement être issus de l’assemblage de deux cépages. Rosés : Cépages principaux : Cinsault, Grenache noir, Cabernet Franc; Cépages secondaires : Cabernet Sauvignon, Cot, Merlot et Syrah. À noter que pour les rosés, la Syrah est autorisée pourvu que les plantations aient été effectuées avant le 13 décembre 2000.
Particularités : dans leur jeunesse, les vins de Côtes de Malepère offrent des arômes de fruits rouges, fraises, cerises ou encore cassis. Plus âgés, ils évoluent sur des notes confites, de torréfaction, prune à l’eau de vie, figue.

Saint-Chinian :

Aperçu : Rendements : 44 hl/h. production : 135 000 hl. 92 % rouges 8 % rosés. AOC rouge et rosé seulement depuis 1982.

L’appellation Saint-Chinian est peut-être l’appellation du Languedoc qui jouit de la meilleure réputation. Le climat est méditerranéen avec des étés chauds et secs avec une très faible pluviométrie. Au nord de l’appellation, les sols sont constitués de schiste et de grès primaire et les vins dont ils sont issus sont généralement fruités, souples et généreux. Au sud, on retrouve des sols d’argile et de calcaire propices à la production de vins structurés, riches, longs et typés.

Cépages :

  • Blancs : Grenache (30 % minimum), Marsanne, Roussanne et Vermentino. Ces cépages sont limités à une proportion de 70 % chacun. Le Saint-Chinian blanc est obligatoirement issu de l’assemblage de deux cépages. Les cépages accessoires Bourboulenc, Carignan et Maccabeu sont interdits dans les nouvelles plantations.

  • Rouges : Carignan, Cinsault (30 % maximum), Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah. L’ensemble des cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah doit être présent dans l’assemblage pour au moins 60 % avec un minimum de 20 % pour les deux premiers et 10 % minimum pour les deux derniers.

Particularités : Jeunes, les vins de Saint-Chinian présentent une belle structure sur des notes balsamiques (laurier, garrigue), de cassis et d’épices. Âgés, ils s’ouvrent sur des arômes complexes de cacao, de torréfaction, de fruits à l’eau de vie. Macération carbonique (surtout pour le Carignan et la Syrah) ou fermentation traditionnelle pour les rouges. Par saignée, égouttage ou pressurage direct pour les rosés. Pour les rouges fruités, il est préférable de les consommer dans les trois premières années alors que les rouges plus structurés peuvent se conserver jusqu’à une dizaine d’années.

Faugères :

L’aire de production de Faugères est située au nord-est de Saint-Chinian et s’étend sur sept communes soit Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Fos, Laurens, Roquessels.
- Superficie : 5 500 hectares.
- Rendements : 42 hl/h. 80 % rouges, 20 % rosés. AOC depuis 1982 pour les rouges et rosés seulement. 80 000 hl.
- Cépages :
Blancs : Grenache (70 % maximum), Marsanne (70 % maximum), Roussanne (70 % maximum, 30 % minimum), Vermentino (70 % maximum). Les cépages secondaires Clairette, Bourboulenc, Maccabeu et Carignan blanc peuvent participer à l’assemblage, mais ne doivent pas dépasser 10 %. Le Faugères blanc doit être issu de l’assemblage d’au moins deux cépages dont obligatoirement la Roussanne.
Rouges : Carignan (40 % maximum), Cinsault (20 % maximum), Grenache (20 % minimum), Syrah (15 % minimum), Mourvèdre (5 % minimum). L’ensemble Grenache/Syrah/Mourvèdre doit représenter un minimum de 50 % de l’encépagement.
Particularité : macération carbonique pour les Carignan et traditionnelle pour les autres.
Les vins jeunes sont structurés, mais souples. Notes minérales et arômes de petits fruits rouges, réglisse, épices et garrigue. Peu acides (terroir schisteux) ont des tannins fins et élégants. Après un élevage de 12 mois, les tannins soyeux accompagneront des notes de cuir et de réglisse douce qui s’épanouiront dans le verre.

Minervois :

Aperçu : AOC depuis 1985. Rendements : 49 hl/h. 95 % rouges, 2 % blancs, 3 % rosés. Production : 220 000 hl.
Cépages :
Blancs : Bourboulenc, Grenache, Maccabeu, Marsanne, Roussanne, Vermentino. Les cépages accessoires suivants peuvent entrer dans l’assemblage sans dépasser 20 % (ensemble ou séparément) : Clairette, Muscat à petits grains (10 % maximum), Piquepoul et Terret.
Rouges : Aspiran, Carignan, Cinsault, Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre, Piqupoul, Syrah et Terret. L’ensemble des cépages Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah doit représenter 60 % minimum de l’assemblage. Un minimum de 10 % est requis pour le Mourvèdre et la Syrah (ensemble ou séparément) et à partir de 2006, ce pourcentage est élevé à 20 %.
Particularités : Vinification traditionnelle après égrappage à grains entiers. Les rosés sont obtenus par saignée avec prédominance de Syrah. Pressurage direct pour les blancs, une partie est vinifiée en barrique. Muscat de Saint-Jean de Minervois (vin doux naturel).
Les vins jeunes sont bien structurés et élégants avec des arômes de cassis, violette, cannelle et vanille. Plus mûrs, ils évoluent sur des notes de cuir, fruits confits, pruneaux. Les tannins sont soyeux, la bouche est pleine et longue.

Minervois la Livinière :

Aperçu : Rendements : 45 hl/h. Production : 8 000 hl. Rouges seulement. AOC depuis 1997.
Cépages : Grenache, Mourvèdre, Syrah (60 % minimum pour l’ensemble dont 40 % minimum pour l’ensemble Mourvèdre et Syrah). Cépages accessoires : Aspiran, Carignan, Cinsault, Lledoner Pelut, Piquepoul et Terret.
Particularités : Vins issus d’une longue macération traditionnelle ou à grains entiers. Pour mériter l’appellation ils doivent être élevés en cuve ou en fût, à la propriété, jusqu’au 1er novembre de l’année qui suit celle de la récolte, soit un élevage de plus de 15 mois.
Ces vins sont concentrés et caractérisés par une complexité aromatique. Ils développent des arômes de cassis, odeurs de garrigue et d’olives noires (tapenade) évoluant sur des notes de cuir. Volumineux en bouche et suaves, ces vins charnus présentent des tannins élégants que 5 à 8 années devront arrondir. Vins de garde par excellence.

Fitou :

Aperçu : Rendements : 10 hl/h. Production : 100 000 hl. 100 % rouges. Première AOC du Languedoc.
Cépages : Deux cépages traditionnels : le Carignan (30 % minimum pour garder la typicité) et le Grenache, auxquels on ajoute la Syrah et le Mourvèdre (ce dernier sur des vignes maritimes). La proportion de Carignan ne peut être supérieure à 70 % si l’ensemble Mourvèdre et Syrah est au moins égal à 10 %. Cette proportion baisse à 60 % si l’ensemble Mourvèdre et Syrah est inférieur à 10 %. Cépages accessoires : Cinsault (maximum 10 %) et Lledoner Pelut (autorisé pour les parcelles plantées avant le 10 juillet 2001).
Particularités : Alliance de deux modes de fermentation : traditionnelle et à grains entiers. Élevage de neuf mois obligatoire avant agrément.
Les vins de Fitou sont charpentés, aux arômes complexes et riches. Fruits rouges (mûres, framboises), poivre, pruneaux, amandes grillées, cuir, garrigue.

Muscat du Languedoc :

Quatre appellations :

  • Muscat de Lunel.

  • Muscat de Minerval.

  • Muscat de Frontigan. Aussi élaboré en VDL (vin doux de liqueur)

  • Muscat de St-Jean de Minervois.

Règles de production : rendements parcellaires ne pouvant excéder 28 hl/h avec des dérogations conjoncturelles en fonction des millésimes. La maturité ne peut être inférieure à 252 gr de sucre par litre (14º d’alcool). Les vins doux naturels sont vinifiés exclusivement par des producteurs récoltants. L’alcool utilisé pour le mutage est obligatoirement de l’alcool vinique à 96 % de volume. Il est ajouté dans une proportion de 5 à 10 % du moût mis en œuvre. La teneur en alcool finale doit être comprise entre 15 et 18 %. Le seul cépage autorisé est le Muscat blanc à petits grains.

Haut de page

Le Roussillon

Côtes du Roussillon :

Aperçu : Rendements : 50 hl/h. Production : 210 000 hl. AOC depuis 1977. Rouge, blanc et rosé.

Cépages :

  • Blancs : Grenache, Maccabeu, Marsanne, Roussanne, Tourbat (Malvoisie) et Vermentino. L’ensemble des cépages Grenache, Maccabeu et Tourbat doit représenter un minimum de 50 % de l’encépagement alors que l’ensemble Marsanne, Roussanne et Vermentino doit représenter un minimum de 20 % de la production. Les vins blancs de l’appellation doivent être issus de l’assemblage d’un minimum de deux cépages avec un minimum de 10 % de l’un d’entre eux.

  • Rouges et rosés : Carignan, Cinsault, Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah. Le Maccabeu peut entrer dans la composition des vins rouges et rosés sans dépasser 10 % pour les rouges et 30 % pour les rosés.

Particularités : Rouges et rosés : Minimum de 3 cépages. Le total des deux plus importants devant être inférieur ou égal à 90 %. Syrah + Mourvèdre égalant 20 %, ensemble ou séparément. Encépagement en Carignan moins de 60 %.

Côtes du Roussillon Villages :

Aperçu : Rendements : 45 hl/h. Production : 78 000 hl. AOC depuis 1977. Rouges seulement.
Cépages : Carignan, Grenache noir, Lledoner Pelut, Cinsault, Syrah, Mourvèdre, Maccabeu.
Particularités : Minimum de 3 cépages, le total des deux plus importants devant être inférieur ou égal à 90 %. Syrah + Mourvèdre plus de 20 % ensemble ou séparément. Maccabeu moins de 10 %. Encépagement en Carignan moins de 60 %.
Quatre terroirs ont le droit de faire suivre l’appellation par le nom de la commune :

Latour de France :
Sol : Dominante de schistes bruns.
Cépages et particularités : Carignan (60 % maximum), Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah. Le Mourvèdre et la Syrah doivent représenter un minimum de 30 % de l’encépagement, ensemble ou séparément. Le Carignan est toujours vinifié en macération carbonique.

Caramany :
Sol : Dominante de gneiss.
Cépages et particularités : mêmes cépages et caractéristiques que Latour de France.

Lesquerde :
Sol : Dominante d’arènes granitiques.
Cépages et particularités : mêmes cépages et caractéristiques que Latour de France.

Tautavel :
Sol : Terroirs d’argile rouge sur calcaire compact.
Cépages et particularités : Carignan (50 % maximum), Grenache, Lledoner Pelut, Mourvèdre et Syrah. Le Mourvèdre et la Syrah doivent être présents dans l’assemblage, ensemble ou séparément, un minimum de 30 % et les cépages Grenache et Lledoner Pelut un minimum de 20 %. Le Carignan est toujours vinifié en macération carbonique.

Colioure :

Aperçu : Rendements : 40 hl/h. Rouges, rosés et blancs. AOC depuis 1971.
Cépages :
Blancs : Grenache blanc (30 % maximum), Grenache gris. Ces deux cépages doivent représenter ensemble un minimum de 70 % de l’encépagement pour la production de vins blancs et 30 % maximum pour la production de vins rosés. Cépages complémentaires : Maccabeu, Marsanne, Roussanne, Tourbast (Malvoisie) et Vermentino. L’ensemble de ces cépages ne doit pas dépasser 30 % de l’encépagement et chacun d’eux ne peut dépasser 15 % de l’ensemble.
Rouges : Grenache, Mourvèdre et Syrah (60 % minimum pour les trois ensemble sans dépasser 90 % chacun). Cépages complémentaires : Carignan et Cinsault.
Particularités : La mise en bouteille précoce pour les rosés permet de leur conserver fraîcheur et intensité aromatique. Les vins blancs doivent être conservés dans les chais et commercialisés après le 1er mars suivant l’année de la récolte. Les rouges ne peuvent être commercialisés que le 1er juillet suivant la récolte, mais la majorité des viticulteurs élèvent leurs vins un an de plus. Les vins sont charnus, chaleureux, concentrés, tanniques et se bonifient en bouteilles pendant de nombreuses années.

Haut de page

Les vins doux naturels

Un vin doux naturel est un vin dont la fermentation a été stoppée par l’adjonction d’un alcool.

Banyuls :

Située dans le Roussillon, Banyuls est une appellation en vin doux naturel partageant la même aire de production que Colioure. Vinifié en rouge la plupart du temps, il peut se faire également en rosé et en blanc. Les Banyuls peuvent se garder très longtemps et les vieux vins développent des arômes de rancio qui leur donnent leur goût typique.
Cépages :
Blancs : Grenache blanc et gris, Maccabeu, Muscat à petits grains, Muscat d’Alexandrie, Tourbat (Malvoisie).
Rouges : Grenache (minimum 50 %). Les cépages Carignan, Cinsault et Syrah peuvent entrer dans l’assemblage pour un maximum de 10 %.

Banyuls Grand cru :

Issu de la même aire de production que le Banyuls, le Banyuls Grand cru se distingue du Banyuls par le fait qu’il doit vieillir un minimum de 30 mois en fût de chêne. De plus, en ce qui concerne l’encépagement, la présence minimum de Grenache noir est haussée à 75 %. Il est vinifié en rouge principalement et se fait en dry, sec, brut et rancio pour les vins très âgés.

Maury :

Autre appellation située dans le Roussillon, le Maury est un vin doux naturel produit à l’intérieur des communes de Maury, Rassiguières, Saint-Paul de Fenouillet et Tautavel dans le département des Pyrénées orientales.
Cépages :
Blancs et gris : Grenache blanc et gris, Maccabeu (10 % maximum pour les vins rouges), Muscat à petits grains, Muscat d’Alexandrie et Tourbat (Malvoisie). La proportion des Muscats ne doit pas dépasser 20 %.
Rouges : Grenache (75 % minimum). Les cépages Carignan, Cinsault et Syrah ne doivent pas dépasser 10 % de l’assemblage.
Vinifié en blanc, rouge et rancio pour les vins âgés ayant développé ces arômes particuliers. Le Maury doit être muté avec un alcool vinique. La mention du cépage ne peut figurer sur le même champ visuel que celui de l’appellation.

Grand Roussillon :

Comme son nom l’indique, cette appellation est située dans le Roussillon. La zone de production est plutôt vaste et concerne 89 communes du département des Pyrénées orientales et 9 dans le département de l’Aude.
Cépages :
Blancs : Grenache blanc et gris, Muscat à petits grains, Muscat d’Alexandrie (ou Muscat romain), Tourbat (ou Malvoisie).
Rouges : Cépage principal : Grenache. Les cépages suivants ne doivent pas dépasser 10 % de l’assemblage : Carignan, Cinsault, Listan et Syrah.
Vinifié en blanc, rosé, rouge et rancio pour les vins âgés qui ont développé ces arômes particuliers.

Muscat de Frontigan :

Située dans le Languedoc à une dizaine de kilomètres au nord de Montpellier.
Fait exclusivement à partir du cépage Muscat à petits grains. Il peut être vinifié en blanc, vin doux naturel ou vin de liqueur.

Muscat de Lunel :

Situé dans le Languedoc à une trentaine de kilomètres à l’est de Montpellier.
Élaboré exclusivement à partir du cépage Muscat à petits grains. Vinifié en blanc, vin doux naturel.

Muscat de Mireval :

Située dans le Languedoc à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Montpellier.
Élaboré à partir du cépage Muscat à petits grains. Vinifié en blanc, vin doux naturel.

Muscat de Riversaltes :

Appellation située dans le Roussillon (voir Grand Roussillon).
Élaboré avec du Muscat à petits grains (50 % minimum) et du Muscat d’Alexandrie (ou Muscat romain).
Vinifié en blanc uniquement.

Muscat de Saint-Jean de Minervois :

Située dans le Languedoc, près de la mer dans le département de l’Hérault.
Élaboré à partir de Muscat à petits grains. Vinifié en blanc uniquement, vin doux naturel.

Rivesaltes :

Située dans le Roussillon à l’intérieur de 86 communes du département des Pyrénées orientales et 9 communes du département de l’Aude.
Cépages :
Blancs : Grenache blanc et gris, Maccabeu, Muscat à petits grains (50 % minimum), Muscat d’Alexandrie (Muscat romain) et Tourbat (Malvoisie).
Rouges : Grenache (entre 50 et 75 % minimum).
Vinifié en blanc et en rouge. Les rouges élevés en milieu oxydatif sont élaborés à base de Grenache noir pour un minimum de 50 % ou en milieu réducteur et à ce moment-là la proportion de Grenache noir est de 75 % au minimum. Les blancs élevés en milieu oxydatif ont une couleur ambrée. Les rouges élevés en milieu réducteur portent le nom de grenat et doivent obligatoirement bénéficier d’un élevage en milieu réducteur au moins jusqu’au 1er septembre de l’année suivant la récolte, suivi d’un élevage en bouteille de trois mois minimum. Pour pouvoir bénéficier de la mention grenat, le millésime doit obligatoirement figurer sur l’étiquette. Cette mise en bouteille doit se faire avant le 1er mars de la deuxième année suivant la récolte. Les rouges élevés en milieu oxydatif portent le nom de tuilés. Les ambrés et tuilés ayant subi un élevage de 5 ans minimum peuvent bénéficier de la mention hors d’âge. Peut également figurer sur l’étiquette la mention rancio pour les Rivesaltes très âgés ayant développé ces arômes particuliers.

Haut de page

Pour accéder aux publications précédentes cliquez ici     Pour voir mes plus récents livres en librairie, cliquez ici.

Jean-Louis Doucet
Votre cyber-sommelier



© Tous droits réservés / All rights reserved        lecyber-sommelier.com