La chronique vinicole

Des vins de star

Voilà bien longtemps que je n’ai pas été touché par une idée de marketing aussi intéressante que celle-là de la part de la société d’État. Histoire de faire différent, la SAQ a lancé un appel d’offres afin de dénicher des vins de star, c’est-à-dire des vins à l’effigie de stars célèbres. Des bouteilles de collection qui s’offrent bien en cadeau, surtout en ces temps de réjouissances. Trois vins ont été retenus, le Marilyn Merlot, le nº 99, Wayne Gretzky, Meritage et le Cabernet sauvignon, Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon. Force est d’admettre que de se retrouver avec une bouteille embellie d’une étiquette sur laquelle figure des personnalités telles que Marilyn Monroe, le célèbre nº 99, ou encore avec la pochette célèbre opus de Pink Floyd, fait beaucoup plus plaisir à recevoir que la fameuse bouteille accompagnée du petit verre assorti avec lequel on ne sait que faire, sauf le placer au fond de l’armoire. Au-delà du concept, j’ai cherché à en savoir davantage sur deux de ces produits que j’ai eu l’honneur de déguster, soit le Marilyn Merlot ainsi que The dark side of the moon, nettement les deux plus intéressants des trois.

Marilyn Wines :

Red Dress, Sauvignon Blonde, Marlilyn Merlot, Blonde de noirs ou Norma Jeane ne sont que quelques-uns des produits offerts par Marilyn Wines, un vignoble qui a vu le jour dans les années 80 près de St. Helena dans la vallée de Napa en Californie. C’est en 1983, lors d’une soirée bien arrosée d’un merlot qu’ils produisaient de façon artisanale, qu’un groupe d’amis eut l’idée du concept baptisé « Marilyn Merlot ». Chaque année, à l’anniversaire de naissance de Norma Jeane Mortenson, le premier juin plus précisément, est mis sur le marché le Marilyn Merlot. Fait intéressant aussi à noter, l’étiquette est différente à chaque millésime, un détail non négligeable pour les collectionneurs. Nul besoin de dire que les caisses s’envolent rapidement. L’idée connut un succès instantané dans la vallée de Napa, mais la production demeurait modeste à ses premières années. Seule une poignée de chanceux pouvaient s’en procurer. Au fil des ans, le vignoble prit de l’expansion et c’est alors que d’autres cuvées, comme le Marilyn Cabernet, les Norma Jeane wines, ainsi que The Velvet Collection wines, ont vu le jour. Une partie des profits sont distribués à la succession de la star et à diverses œuvres de charité telles que The Lee Strasberg Theater Institute et The Anna Freud Foundation de Londres, deux organismes chers à Marilyn Monroe.

Marilyn Merlot, Napa Valley, 2006, code SAQ : 11341767, Prix : 26,50 $

Issu d’un assemblage de 85 % de merlot et de 15 % de cabernet sauvignon, cette bouteille est embellie par une jolie photo en noir et blanc de la star. Doté d’une robe dense et profonde, il dévoile un riche bouquet assez expressif d’où émanent des parfums de cassis, de cerise noire, de prune et d’épices telles que le poivre blanc. En filigrane, on perçoit aussi des notes de vanille et de chêne, conséquence d’un séjour en barrique de dix-huit mois. Les nuances perçues au nez se reflètent en bouche. La présence de cabernet sauvignon lui donne une structure tannique que le merlot seul n’aurait peut-être pas fournie. Si le milieu de bouche est occupé par les saveurs de fruits noirs, la finale nous laisse sur des notes toastées. Les collectionneurs le garderont en cave pour son emballage, alors que les amateurs de vins et de bonne chère le serviront avec de l’agneau, du cerf ou un rôti de bœuf.

Wines that Rock :

L’histoire de wines that rock, une branche de la Mendocino Wine Company, les producteurs du cabernet sauvignon, Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, est différente de celle de Marilyn Wines. Créé par Ron Roy et Howard Jackowitz, autrefois partenaires dans RZO, une compagnie de management d’artistes rock. Ils ont fondé avec David Bowie en 1997, UltraStar Entertainment, une entreprise se spécialisant dans le domaine du fan-club en ligne. Ils avaient comme clients des artistes aussi célèbres qu’AC/DC, The Police, The Who, The Rolling Stones, David Bowie, Sting, U2 et même les Yankees de New York. Ils mènent leur business viticole exactement de la même manière qu’on gère un groupe rock, c'est-à-dire en vendant l’image d’abord et le contenu ensuite. Ils vendent des t-shirts, des posters, etc. Leur créateur artistique, Michael Bruner, est presque aussi important pour l’entreprise que leur winemaker. Parlant de celui-ci, Mark Beaman a tout d’une vedette rock. Il a le look, l’attitude, la jeunesse et le charisme. Il fait le pont entre la musique, l’artiste et le vin. Il est en quelque sorte le chanteur du groupe et leur porte-parole. En termes de vinification, il n’est pas le premier venu pour autant. Au fil des ans, il a œuvré pour Columbia Crest Winery ainsi que pour le Château Ste-Michelle, dans l’état de Washington, pour déménager ensuite en Californie où il a travaillé pour Villa Mt. Eden et Napa’s Conn Creek. Wines that rock élabore des vins tels que le Rolling Stone’ Forty Licks Merlot, le Woodstock Chardonnay, The Police Synchronicity et bien sûr, le cabernet sauvignon Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon.

Cabernet sauvignon, Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, 2006, Mendocino County, Code SAQ : 11356985, Prix : 25,40 $

L’amateur de musique que je suis et de Pink Floyd particulièrement s’est senti comme un enfant à Noël à la vue de la bouteille. Sensé représenter la complexité et l’environnement placide qu’est l’album culte du groupe légendaire, ce cabernet sauvignon réussit à nous charmer sans nous étonner. La robe dense et profonde est une réflexion parfaite de l’image qu’on se fait de la face cachée de la lune. Le cépage dévoile son côté serein en exprimant ses odeurs naturelles, à savoir le cassis, la mûre et la cerise noire ainsi que des nuances de vanille et de bois brûlé apportées par un séjour en barrique. On perçoit une certaine complexité lorsqu’en toile de fond on discerne des notes de chocolat. En bouche, il s’exprime avec vigueur, mais sans surextraction. Les saveurs qu’on y perçoit sont en tous points fidèles aux arômes perçus à l’olfaction. Avec un package comme celui-là, les producteurs peuvent chanter « Money ».

Haut de page


Pour accéder aux publications précédentes, cliquez ici.    Pour voir mes plus récents livres en librairie, cliquez ici.

Jean-Louis Doucet
Votre cyber-sommelier



© Tous droits réservés / All rights reserved        lecyber-sommelier.com